« Sensibiliser les locataires pour diminuer leur facture énergétique et préserver l’environnement »

La transition énergétique et environnementale dans le secteur du logement ne peut se faire sans l’implication des habitants. Béatrix Mora, directrice du service des politiques urbaines à l’Union sociale pour l’habitat, nous explique comment le Mouvement Hlm sensibilise et accompagne les locataires Hlm pour relever ce défi.
Crédits photo : T.Gogny/USH

En quoi le Mouvement Hlm a-t-il un temps d’avance dans l’implication de ses habitants et de ses salariés dans la transition énergétique et environnementale ?

Les bailleurs sociaux, de par leur mission, gèrent des quartiers, des espaces de vie collectifs, des cohabitations complexes dans leurs ensembles immobiliers. L’exercice de leur métier dans ce contexte les a amenés à développer des modes de travail associant les habitants dans la gestion de leur cadre de vie et, pour ce faire, à se doter de compétences. Ils ont une longue expérience de la concertation qui s’est construite dès le lancement des grands programmes de réhabilitation dans les années 80 qui ont conduit à impliquer les locataires dans la définition des travaux, à les accompagner dans l’appropriation des nouveaux aménagements et équipements et dans la gestion des espaces de proximité. Ils sont de longue date partie prenante, aux côtés des collectivités locales, de démarches de développement social dans les quartiers visant à favoriser la cohésion sociale.  

Naturellement, la thématique de la transition énergétique est venue se greffer à ces dynamiques. La réussite de  la transition énergétique et environnementale passe par la prise en compte de la diversité des modes d’habiter des locataires, par leur implication et celle des salariés des organismes. De nombreuses démarches menées ces dernières années autour du vivre-ensemble peuvent servir de points d’appui. Par exemple, l’élaboration de charte de bon voisinage qui mobilisent des locataires d’une résidence autour d’un projet commun de vie quotidienne.

L’objectif est de sensibiliser les locataires pour diminuer leur facture énergétique et préserver l’environnement.

Comment s’organise le secteur Hlm pour favoriser l’émergence de projets participatifs ?

Avec l’appui de compétences spécialisées en interne comme les agents de développement social urbain, les ambassadeurs du tri, les médiateurs, les organismes multiplient les actions de sensibilisation et de soutien aux initiatives des habitants : appartements témoins, ateliers de recyclage, journées pédagogiques autour des écogestes, livrets d’information, cafés conversation… C’est un travail de fond à mener dans la durée. Les actions d’accompagnement pour faciliter l’appropriation des nouveaux équipements liés à la performance énergétique et environnementale se mettent en place lors de la livraison de la plupart des opérations nouvelles ou de lourdes interventions sur le parc existant.

À l’échelle nationale, le Mouvement Hlm impulse des initiatives, en lançant par exemple des appels à projet auprès des organismes. On constate de nouvelles mobilisations citoyennes liées aux modes d'habiter. Cela correspond à une réelle évolution de la société, une volonté de s’impliquer et de porter des initiatives collectives.

Pouvez-vous nous citer des actions innovantes qui ont le potentiel d’être généralisées sur l’ensemble du territoire ?

Les différentes actions qui tournent autour de l’écologie urbaine tendent à se développer : valorisation des espaces extérieurs avec la participation des habitants, fermes urbaines, construction de liens sociaux... 

Par exemple le développement des jardins partagés au sein des quartiers rencontre un vrai succès auprès des habitants. Tout en contribuant à développer la nature en ville, ils leur permet de se réapproprier leur quartier et de renforcer les liens sociaux.

La gestion des déchets dans un objectif d’économie circulaire et d’insertion par l’activité économique  a vocation à être structurée  sur l’ensemble d’un territoire pour avoir un vrai impact. Il peut s’agir par exemple de ressourceries pour le réemploi, de la création de filières de recyclage de matériaux pour plastique ou carton ou de la mise en place d’aires de compostage réalimentant les jardins partagés.

Nous allons être très attentifs aux actions qui vont remonter suite à la Semaine nationale des Hlm pour capitaliser et diffuser les bonnes pratiques et les innovations.

 

Accédez à la carte des événements de la Semaine nationale des Hlm : http://www.semainehlm.fr/evenements/les-evenements-pres-de-chez-vous